L’aile des vierges — Laurence Peyrin

Comté du Kent, Magie Fuller, anglaise de 26 ans, esprit libre et vif, voit son mariage avec Will se terminer et retrouve sa liberté. Mais comment mener de front le rêve d’être médecin et assumer son quotidien. Une issue, grâce à ce bon docteur Heady qui l’incite à se faire embaucher dans un beau manoir, comme bonne !.

Nous entrons, à cette période, dans le monde cruel, sans avenir de la domesticité de cette période de la fin des aristocrates. Où ceux-ci ne vivent que pour leurs tâches au sein de la très riche famille de « sang bleu », les Lyon-Thorpe.

Femme cultivée, elle regarde avec stupeur, les mille tracas que subissent les différents corps de servitudes. Féministe dans l’âme, elle arrive difficilement à réfréner se ardeurs de révolte. Est-ce là son destin?

A ce moment, entre en scène, le beau et ténébreux Sir John Lyon-Thorpe. Deux êtres d’exception. Epris chacun de liberté, de mener à leur guise leur vie, tant sociale qu’amoureuse. Moments intenses de séduction et de laisser-aller…

Mais, le Destin, va les séparer pour de longues années. Elle au Etats-Unis et lui au kenya. Et après moult péripéties, se retrouver, s’aimer, se déchirer. Une femme peut-elle mener sa vie souhaitée sans céder aux lois de l’amour. Que de difficultés à surmonter pour avoir la joie , de voler en commun, au-dessus des nuages.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s