Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur — Harper Lee

Alabama, pendant la grande dépression, Atticus Finch – avocat – père de deux enfants : Jeremy et Jean Louise –Scout – .

Ce roman, d’une très grande fluidité, commence comme un conte pour enfant. Et cela est fort logique dans la mesure où la narratrice Scout, est âgée de 6 ans, au début de celui-ci.

Nous plongeons dans l’univers de Scout, et avec sa verve enfantine, nous la suivons dans sa vie quotidienne. Une période où les règles mondaines, les normes sociales, les relations enfants/adultes s’avèrent prépondérantes ; et laissent peu de place à la spontanéité.

Puis survient l’horreur dans ce petit microcosme, un « noir » aurait violé une « blanche ». Evénement à situer dans le contexte de l’époque ; son père devient son unique défenseur, car en effet la ville l’a déjà condamné…

Harper Lee, séduit par les actes et pensées de sa narratrice ; un monde inique, déjà, pour Scout dans l’innocence de son âge.

Un roman délicat dans son écrin de jeunesse…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s