Va et poste une sentinelle — Harper Lee

Vingt ans ont passé…Jean Louise Finch – Scout – vit à New-York ; en plein dans la période de « L’american way of life », légère, insouciante, elle décide de retourner dans les lieux de son enfance afin d’y retrouver ses amis et parents.

Certains des personnages du livre précédent, « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » ont disparu ou évolué. Le temps qui s’écoule inéluctablement, a modifié le regard qu’elle porte sur les gens et les lieux. Comme tout un chacun, notre vision des souvenirs de l’enfance, ne nous apporte le plus souvent que désillusion et regret.

L’axe principal de ce livre, la ségrégation raciale, avec son cortège de discriminations, d’iniquités. L’égalité un vain mot pour les Noirs américains qui sont considérés comme des citoyens de seconde zone…

Scout, va un jour, être confrontée, à un déchirement émotionnel ; dans une indicible consternation ; elle surprend un manque de réactivité de son père lors d’une réunion municipale, sur des positions raciales, proches du Ku Klux Klan.

Situation inacceptable pour elle, son monde s’écroule, son père, son mentor, l’a trahi ! Que faire ? Une explication s’impose, entre raison, entre insultes, entre lassitude, va-t-elle comprendre et admettre la position de son géniteur ?

Et cette sentinelle postée, ne serait-ce pas : sa conscience ? Harper Lee nous incite indubitablement à réfléchir. A déguster sans modération.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s