La Dame du manoir de Wildfell Hall — Anne Brontë

Un livre qui se lit d’une traite. La condition féminine à l’époque victorienne, avec tous les a priori classique de la gente masculine envers les femmes. Une femme qui s’échappe de l’atmosphère pesante de son manoir, où son mari, charmant au début de leur union, devient avec le temps un individu exécrable, du à son addiction pour l’alcool…Un grand classique de tout temps!
Enfin elle trouve en Gilbert (jeune fermier) un homme de sa mesure; mais saura-t-elle faire abstraction de sa loyauté envers son mari…
De la même veine qu’un Jane Austen, Thomas Hardy, un nectar de lecture.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s