Le chant de Dolorès — Wally Lamb

La peur m’a saisi, lors de la lecture de la 4e de couverture. Encore un écrit sur le pathos, le misérabilisme –tragique destin d’une noria de femmes…Enfance malheureuse, et pis, humiliée, violée, replis sur soi

Or, que nenni, son désespoir, sa lutte, son abnégation nous rendent le personnage éminemment sympathique. Notre seul souhait qu’elle s’en sorte…Empathie quand tu nous tiens ! Et d’ailleurs, elle résume ses débuts difficiles et dit : « malgré tous les coups durs que j’ai pu encaisser dans la vie, j’ai eu ma part de bonheur. ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s