Jusqu’à ce que la mort nous unisse — Karine Giebel

Colmars-les-Alpes, petite commune des Alpes-de-Haute-Provence, est située au confluent du Verdon et de la Lance. L’Ancolie des Alpes, fleur endémique des Alpes, mais également le nom du chalet de Vincent Lapaz, guide de moyenne montagne.

Vincent vit seul, depuis le départ de sa femme avec un touriste parisien ; Il n’a pas compris ce geste, le désespoir l’a envahi, et cette plaie ne le quitte jamais, nuit et jour.

Mais un jour, son ami d’enfance trouve la mort dans la montagne. Accident, suicide voire un meurtre ! Début d’une longue quête de la Vérité. Le monde est petit dans cette vallée, les animosités, les secrets de famille, les arrogances existent dans ce microcosme humain.

Pour faire face, aux questions qui le hantent, il va obtenir l’aide d’une jeune gendarme, Servane, avec laquelle une relation ambiguë va naître afin d’élucider cette affaire.

Une enquête haletante – Karine Giebel le fait très bien -, qui va mener dans la montagne, dans des panoramas grandioses, avec des sentiers bordés de fruits sauvages, d’animaux alpins…Des lieux que Vincent affectionnent afin de s’offrir un sentiment de plénitude avec « Sa » montagne, seul moment de calme dans ses noires pensées.

On ose espérer que les derniers rayons de soleil apparaissant sur les cimes, illumineront la victoire de la vérité sur la cruelle bêtise humaine…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s