Thérèse Raquin — Emile Zola

Paru en 1867, le livre, Thérèse Raquin, fut dès sa sortie, qualifié de « littérature putride »…Cette tragédie créée avant la série des Rougon-Macquart, évolue dans un huis clos avec peu de personnages.

Nous trouvons, dans ce roman, le triangle infernal, porté au paroxysme : de l’épouse, du mari et de l’amant. Où les participants à l’adultère sont dominés par leurs pulsions, laissant, dans un premier temps, libre cours à leurs désirs. Pour enfin, supprimer le mari gênant afin d’assouvir leurs folies.

Chapitre oppressant, que celui, de la découverte du corps du noyé dans la morgue ; avec des descriptions réalistes et macabres.

La morale sera-t-elle sauvée ? En effet, après la phase idyllique va apparaître celle de la haine indicible entre les deux amants pour se terminer par la mort de ceux-ci.

Roman naturaliste (ne rien cacher de la réalité) et noir, Zola désire satisfaire, ainsi, le goût du public, de l’époque…Notons que la trame et le thème de ce roman, existe malheureusement, toujours, de nos jours.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s