Les trois crimes de noël — Christian Jacq

Premier Christian Jacq, surtout connu pour sa série sur Ramsès II ; mais étant plutôt adeptes des romans policiers, le hasard m’a attribué le tome trois – Les trois crimes de Noël – la série des enquêtes de l’inspecteur Higgins.

Un immense manoir isolé perdu dans les Midlands, un silence feutré, un horizon bouché par un océan de flocons de neige, le soir de noël. Par ailleurs, l’inspecteur Higgins reçoit une partie d‘une page d’un journal intime de son vieil ami Lord James Rupert, qui annonce un probable crime le soir de noël. A noter que celui-ci est mort depuis 10 ans dans ce manoir !

Dès les premières pages, un sentiment de déjà-vu – ou plutôt de déjà-lu – avec le roman policier d’Agatha Christie – Dix petits nègres – . Ici, également, une rencontre de différents personnages, très typés, qui vont se quereller, se déchirer, dans des salons froids et juste éclairés de candélabres. Le décor est posé…Les crimes peuvent intervenir…Nous le savons : trois !

Lecture aisée, avec des personnages imbus d’eux-mêmes, où l’apparence et les conventions sociales priment. Un imbroglio de suspens, de fausses pistes, bref : mensonges, dissimulations et calomnies devront être résolus par la sagacité de l’inspecteur Higgins.
Lecture trop facile, peut-être ! La noria de poncifs dans ce polar, ne me permettent pas d’envisager de connaître la suite des énigmes de l’inspecteur Higgins…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.