La fabrique des lendemains — Rich Larson

Paru en anglais sous le titre  » Painless  » et  » La fabrique des lendemains  » dans notre hexagone, ce roman de science-fiction se compose de vingt-huit nouvelles. Et  » Richard Larson  » nous propose des voyages dans l’empire et l’emprise, de la technologie, sur le genre humain.

Il serait présomptueux de vouloir décrire l’intégralité des nouvelles et surtout les différents thèmes abordés. Cependant le dénominateur commun en sera les sciences qui dominent la vie terrestre voir sur les autres planètes. Voici quelques approches qui mises bout à bout nous dirigent droit dans un monde, je trouve, d’une grande noirceur : peuple décimé par un virus, manipulation génétique humaine, le mur – Mexique/USA –, sentiments amoureux entre des robots, rejet de la nourriture carnivore – le végétarisme –, pratiques médicales de clonage – et ainsi éviter la mortalité mais non pas la vieillesse ! –, le passage d’immigrés vers un lieu idyllique, la chasse d’êtres humains – punition / plaisir –, création de poupées de compagnie sensible – sans commentaire.

Bref beaucoup de sujets de l’actualité de notre quotidien, extrapolés vers un lendemain enchanteur ? À chacun de se faire son opinion. Pour l’auteur, cette fabrique de lendemains si elle génère des bienfaits pour l’humanité, concocte l’avènement de régimes politiques où l’individualité a disparu au profit de la technologie et bien sûr du capital.

Le début de ma lecture fut d’une approche difficile par une noria de termes inventés et ralentissant ma lecture, puis une fois passé ce cap rentrer dans la nébuleuse de chacune de ces nouvelles et assimiler les arcanes des messages subliminaux délivrés. C’est avec talent que  » Richard Larson « , nous fait profiter des arcanes inextinguibles de son imagination prolixe. Mais malgré tout ce récit s’adresse aux amateurs du genre qui s’abreuvent au nectar de l’imagination et de l’anticipation.

Merci aux Éditions LE BÉLIAL & la collection QUARANTE-DEUX ainsi que Babelio dans le cadre de l’opération Masse Critique Mauvais genres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.