Chambres noires — Karine Giebel

Nombreux sont les lecteurs pour qui s’immiscer dans une nouvelle, ne génère pas un élan enthousiaste ; et dont je fais partie, hélas ! Car difficile de s’impliquer dans des personnages pour avoir dès l’appropriation de leur personnalité, la fin de la nouvelle ; il en ressort une déception ou une attente. Ainsi, je revendique cette palinodie, celle d’apprécier la nouvelle : « Chambres noires ».

Il est certain que Karine Giebel ne va pas dans la facilité avec ses personnages, difficile d’avoir de l’empathie avec ceux-ci ; psychopathes et asociaux pour le moins. Individus malmenés par les vicissitudes de la vie, avec un avenir incertain, le malaise dans la vie quotidienne ! bref, la vie en rose ne font pas partie de son univers. Ses adeptes ne seront donc pas surpris avec ce thriller.

A chacun de trouver le thème qu’il appréciera dans l’univers fécond d’une maîtresse de l’énigme où le dispute le talent à l’écriture.

Ces multiples nouvelles, certes noires, doivent trouver un scintillement identique aux aurores boréales dans nos esprits et rester dans nos mémoires. Encore une pépite de lecture que nous offre cette auteure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.